PREAMBULE

 

 

        Cela n’arrive qu’aux autres ! Je me le suis dit toute ma vie, enfin plutôt jusqu’à ce que… Une manière peut-être de ne pas voir une triste réalité, de se dire je suis différent, et maître de mon destin. Les autres sont des imbéciles, cela ne m’arrivera pas je suis vigilant et pourtant ! Et pourtant, c’est arrivé ! Une vie qui s’effondre tel un château de carte, le colosse reposant sur un pied d’argile... Cette réalité vous frappe en pleine face, elle vous met ko, pas la peine de se faire compter on ne se relève pas. On reste au sol, on prie de toutes ses forces que quelque chose, quelqu’un, ou un événement vienne vous achever. Cela n’arrive jamais, personne ne vient, on se retrouve seul face à une réalité désespérée. C’est la fin,  oui mais aussi le début d’autre chose, et c’est ce que j’ai réalisé par la suite.

 

        Quand il arrive une difficulté dans la vie, le réflexe humain est d’aller chercher de l’aide à l’extérieur, tendre la main dans l'espoir qu'elle sera prise par une personne bienveillante. J’ai appris, de part mes expériences de vie, la solution réside en nous. Jésus a dit : « connais-toi toi-même », j’en mesure aujourd’hui la signification. Chercher en soi est se connecter avec son âme, la connaissance universelle nous l’avons en nous tous, aussi faut il la chercher au plus profond de son être. L'introspection, ou plus communément appelée le miroir de soi, est le passage obligé pour établir, et renforcer cette connexion. L’intuition est ni plus ni moins le lien inconscient avec son MOI originel, il nous envoie des messages, nous guide, et nous protège. Notre destinée liée au chemin à  parcourir est souvent bien loin de toutes nos aspirations, fortement insufflées par cette société de consommation qui nous maintient enchainée.

 

        A l’instant où j’écris ces quelques lignes je n’en suis qu’au début de ce chemin. Il m’a fallu du temps pour le trouver, pour m’y engager. Cinq ans !!!        Cinq ans ma petite princesse, sans te voir, cinq ans sans nouvelles de toi, sans photos, sans rien. Le désert du Sahara me parait bien moins vide, que ces cinq années en ton absence.

        Sais-tu qui je suis ? Comment vas-tu ? A qui ressembles-tu aujourd’hui ? Te rappelles-tu de moi ? Te souviens-tu de nos chansons, de nos jeux ? 10 000 questions sans réponses me hantent au quotidien. Tu avais trois ans et demi la dernière fois que je t’ai vu, tu en as aujourd’hui huit et demi. Tu es dans mon cœur, il ne se passe un jour sans que je ne pense à toi, pas un jour sans sanglots à tel point que mes larmes se sont asséchées, et me brulent les yeux. Quand on regarde l’univers, on se dit que le temps n’existe pas. Sur cette belle planète, il est bien présent, bien sûr relatif, et bien long dans la tourmente.

 

        Ce livre est plus un témoignage d’une petite partie de mon existence, période correspondante à ma renaissance. Je me dois de l’écrire afin de partager mon expérience, comme quoi rien n’est jamais perdu. Il faut avoir foi en soi avant tout, sortir des sentiers battus pour avancer. Il n’y a aucune logique à ce que j’ai vécu, enfin c’est ce que je pensais. Avec le temps, je comprends le sens de ce chemin, de ses difficultés. Tout à un sens, tout est lié, il n y’a pas de hasard, de toute façon il n’existe pas. Il demeure pour ceux qui refusent de comprendre et d’évoluer.

        Quand on suit son intuition, on est amené à faire des choix qui paraissent insensés. Ils nous conduisent vers des expériences de vie incroyables, nous font gouter à sa magie et à ses surprises. Le négatif perçu autrefois, j’en tire le positif, et j’en fais ma force. Ma renaissance m’a reconstruit bien plus puissant que je ne l’imaginais. J’apprends qu’il n’est pas important d’arriver au bout du chemin pour y soulever le graal, mais la manière de le parcourir. La différence est là, on ne perd jamais, on gagne à tous les coups. Il nous fait grandir à chaque pas, à chaque épreuve imposée par la vie. Aujourd'hui, je souris face à l'adversité, j'y puise tout le positif qu’il est possible d’en retirer. Nous évoluons de cette manière, nous ne grandissons pas dans la tempérance, elle n’est qu’une pause sur le chemin. Le négatif, perçu par certains, n'est en fait qu'une expérience de vie qui doit être comprise par notre conscient, notre MOI originel nous la fait revivre indéfiniment  tant qu’elle n’est pas comprise, et assimilée. 

 

        Peut-être, je ne te reverrai jamais, Emma mon petit clown d’amour, mais tu sauras ce que j’ai fait pour toi. Tu es ma force, mon inspiration, ma détermination, tu me rends invulnérable à chaque épreuve qui se présente devant moi. Je me surpasse, me surprend, à chaque instant. Grace à toi, à l’amour d’un papa pour sa fille, je me suis « révélé » après ma mort, qui coïncide à un certains jour de juillet 2012, quand tu as pris l’avion pour quitter le continent européen. Une tragédie qui a failli me coûter la vie. Je ne pouvais croire qu'après que notre « juste » justice ait retiré sans raison mon autorité parentale, ta maman allait te faire quitter la France, quelques semaines après cette ordonnance hallucinante, émanant d'un juge dépourvu de la moindre étincelle d’humanité.

 

        Je t’aime tellement, pense tellement à toi qu’il n’est pas possible que ces sentiments ne t’atteignent pas. J’en envoie tellement au gré du vent qu’il faudrait que tu vives sur une autre planète pour qu’ils ne te trouvent pas, et encore... Tu ne seras jamais seule ma petite puce, ne sois jamais triste, ton papa est là ! Loin certes, pas près de toi physiquement, mais tout de même plus présent qu’on ne pourrait l’imaginer.  Je t’envoie, et te donne, tous les jours, le meilleur de moi. Je suis devenu ce père fantôme, qui continue malgré tout à envoyer tout son amour de père, à sa fille avec l’espoir qu’il atteindra sa cible. Il est impossible de croire qu'un seul jour de ma vie je t'ai abandonné ou j'ai abdiqué devant ce système très puissant qui ne cesse de m'écraser à chaque pas effectué vers toi. Quoi que l’on te raconte sur ton papa, à travers ces quelques lignes, tu comprendras ce qu’il a fait par amour pour toi.

 

        Je ne suis pas malheureux, je commence à savoir qui je suis, et ce que je dois faire. Ma vie a un sens, je souhaite juste qu’elle me laisse le temps de l’accomplir. Ma tourmente due au manque de toi m’a rendu pratiquement invincible, tu m’accompagnes avec tes deux frères à chaque foulée effectuée sur le chemin. J’avance pas à pas et cela commence par ces quelques lignes qui te sont destinées mon amour. Ma renaissance, ce que je suis, et serai, je te le dois…

 

        Elle a commencé un vendredi de mai 2013 alors que j’étais allongé sur mon lit, dans le noir le plus total…

 

victor hugo